27 novembre 2008

…La rencontre entre Stanislaw Wisniewski et son interprète Cécile Pégaz témoigne d'audace. Dans un solo intimiste... Une Lolita au regard sombre tente de s'arracher à ses obsessions... se dilate, se rebelle, si intense et si sincère qu'on la découvre toujours... C'est minimaliste, et c'est immense." Thomas Hahn, Danser, janvier 2007 : les spectacles qui ont marqué l'année

"…Interprétation hors pair... La danseuse se transforme en une icône vivante… Transfigurée par la scène et galvanisée par la musique enivrante, elle délivre un flux incessant d'émotions contenues... Ici opèrent la sensualité, la présence et la "défonce" du corps en représentation, et en interactivité avec le public... Une empathie qui saisit le spectateur et ne se relâche jamais… médusé par une telle performance… Ici tout est vrai, rien n'est simulé"

Geneviève Charras, Turbulences Vidéo, oct 2006

"...Proposition parfaitement radicale… Quelque chose de dramatique et de troublant naît de la répétition elle-même et ce quelque chose est délibéré... pas sans changement… une danseuse exceptionnelle… une danse retenue et exigeante... L'expérience est passionnante…"

Philippe Verrièle, Les Hivernales, Point Danse, juillet 2006

"...Là où le danseur rend possible l'expérience du temps et lui donne un visage, le chorégraphe peut se permettre de le modeler, de le comprimer, de le dilater ou encore de le déconstruire. L'un des exemples les plus marquant de la saison passée est un solo absolument radical du chorégraphe polonais Stanislaw Wisniewski qui porte le titre surréaliste d'une citation de Witkiewicz : "Le monde septembrisait en octobrisant lentement vers novembre". Ici, Cécile Pégaz répète apparemment à l'infini une boucle, jusqu'à ce que le spectateur en perde la sensation du temps. Elle est l'image-temps et l'image-mouvement deleuziennes à la fois. Sur l'affiche, sa silhouette se découpe en bandes parallèles décalées. Cette image résume tout : le lien déchiré au monde, l'équidistance de l'intervalle, la fin des hiérarchies ..."

Thomas Hahn , Ballettanz, Hors-série "Le temps suffit" septembre 2007

Posté par vothi à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur …La rencontre entre Stanislaw Wisniewski et son

Nouveau commentaire